•  Navigation
  • Comment choisir son psy?

    15 avril 2016
  • Sur le mode humoristique, une façon de se familiariser avec le monde psy…

    Tu vois un psy, ah bon ? et tu lui parles ? Moi je pourrais jamais : causer à un inconnu et ensuite déballer ma vie… et je suis sûr que je repartirais avec plus de problèmes que je n’en n’ai déjà. Paraît que les psy cherchent la petite bête ou alors ils disent rien et tu dois meubler le silence en racontant des trucs idiots…

    Ah d’accord, il parle aussi ! Tu fais pas que rester allongée sur un divan en te laissant aller à tes états d’âmes ? Ok… Non t’es pas allongée et tu fais pas la sieste. Et il te répond ? Ah ok, il est même sympa ?! Ah non, t’es pas partie de la première séance le ventre par terre en te demandant pourquoi tu l’avais consulté ?!

    Donc au fait c’est comme une conversation normale, je peux être ton psy alors ? Ah non, d’accord… Mais pourquoi au fait ? Ah… tu lui dis des choses que tu ne me dirais pas à moi, même pas à ta propre mère… ok… Donc c’est pas une conversation normale et tu lui dis des trucs que tu me dis même pas ! Ah ok, il te fait des retours sur toi-même qui sont aidants et il est formé pour accueillir ce que tu amènes, pour te poser les questions utiles… Ok, ok…

    Tu sais, j’entends toujours une pote qui répète sans cesse, « mon psy m’a dit, mon psy m’a dit », comme si c’était parole d’évangile ce qu’il lui dit son psy… Alors moi je me méfie : j’aimerais pas tomber dans un secte ou devenir dépendant, tu comprends ? Ouais tu comprends, ok. Mais c’est pas le cas pour toi tu dis ? Ah non, et pourquoi ? Parce que tu gardes ton libre arbitre et les questions que te posent ton psy t’amènent à revenir toujours à toi et à ta possibilité de faire des choix ? Il s’agit de propositions, ok !

    Une fois t’as voulu arrêter car vous vous étiez fâchés ? On se fâche avec un psy ? Hein… et vous avez pu en parler et c’était même une séance très utile, peut-être la plus utile… Moi je me serais tiré !

    Tu t’exprimes librement avec lui et vous abordez ce qui va bien chez toi ?! Tu rigoles ? Moi si j’allais voir un psy je lui dirais, « dites-moi tout ce qui va mal chez moi et corrigez-moi ! » Ah c’est pas ça, ok… Tu pars des séances en te sentant mieux, même pas en hurlant et en te tirant les cheveux ?! Ok… J’ai quand même pas mal de clichés sur les psy, tu trouves pas ? Ah ouais tu trouves… Moi j’ai pas besoin de psy de toute façon car je me suis toujours débrouillé seul et c’est pas aujourd’hui que je vais me faire aider. Parfois c’est utile d’être accompagné ? Ok… mais moi je saurais pas quoi lui dire… Et je serais gêné… et lui aussi du coup et ça me gênerait encore plus… Et j’aurais envie de partir ou d’annuler mon rendez-vous… Mais ça me ferait peut-être du bien du coup. Tu dis, on peut se sentir moins seul avec ses problèmes et même parvenir à les gérer ? Ah, et on peut même aller voir un psy si on n’est pas au fond du bac ?!

    Bon et il est quoi ton psy ? Quoi, oui, quoi ? Je veux dire, il est psychanalyste freudien, jungien ? J’y connais rien au fait, je dis ça comme ça… Il est psychiatre et il te bourre de médics, non ? En fait, moi si je vais pas voir de psy c’est que ça me fait peur car j’y connais rien…

    Un psychiatre c’est un médecin, ah ok. Il a été formé pour le traitement médical des troubles psychiques, ok… C’est lui qui prescrit les médicaments par exemple pour éteindre le feu si la baraque brûle dans ta tête, ok… Et ça suffit pas tu dis, faut aussi faire en parallèle un traitement psychothérapeutique, ok… pour reconstruire la baraque… Ils peuvent travailler en collaboration avec les psychologues, ok.

    Et le psychologue ? Le psychologue a fait des études universitaires en psychologie et est habilité à donner des conseils psychologiques, ok… Faire des tests, etc… Ok, ok !

    Et le psychothérapeute ? Ah, il peut être à la fois médecin ou psychologue. Ok, les formations sont différentes…. Et le psychologue-psychothérapeute il s’est spécialisé en psychothérapie c’est à dire qu’il est habilité à traiter les problèmes que peuvent rencontrer les gens dans leur vie quand ils n’arrivent plus à le faire seul ou s’ils souhaitent partager ce qu’ils vivent et avoir un retour utile par rapport à ça…

    Ok, ok… Et ils choisissent une approche pour se spécialiser… ok… Ah la psychanalyse c’est pas la seule orientation possible ? Ok… Donc c’est quoi au juste toutes ces…

    Ok, la psychanalyse c’est s’intéresser au pourquoi du comment de ce qui se passe dans son… quoi ?! monde intrapsychique, c’est quoi ce terme barbare ?! Ah ok, dans sa tête quoi… et tu peux être couché sur un divan ou pas et tu causes, tu causes… et le psy te fais des interprétations pour t’aider à comprendre pourquoi tu racontes ce que tu racontes… et pourquoi tu vis ce que tu vis…

    La systémique ?! Mais t’as appris ça où ? Ah c’est ton psy qui te l’a dit et vous en avez même discuté… Génial ! Ok, alors… la systémique c’est une façon de travailler où on s’intéresse plus au contexte de la personne, à ses relations, à la façon dont elle gère ses relations et l’influence de ce contexte sur elle… Ok, et plutôt que de te demander pourquoi t’es comme ci ou comme ça, tu te demandes comment tu peux être mieux et faire autrement pour aller mieux… Ok tu t’intéresses plus à la situation présente et future… Ah mais tu peux aussi parler du passé mais sans en faire une fixette, ah ok ! Et le psy te donne des tâches que tu peux faire en dehors des séances… Parce que la psychothérapie se passe essentiellement en dehors des séances en faisant des expériences nouvelles… ok, ok… Et les séances chez le psy permettent d’orienter, d’activer les ressources… ok… Ah et c’est ces thérapeutes qui peuvent voir les couples et les familles, ok… bah ouais logique comme ils s’intéressent au contexte… tu vois j’ai capté !

    Et l’approche humaniste, c’est quoi encore ce truc ? Ah c’est basé sur l’empathie, l’écoute et l’accueil bienveillant du patient. Ok… Mais les psy sont bienveillants et écoutent, non ?

    Et l’approche COCO, quoi ?! genre « salut mon coco !!! » Ah cognitivo-comportementale… je comprends mieux tout de suite… Ok, c’est très pragmatique et tu t’occupes pas du contexte. Seulement de ce qui se passe dans ce que tu penses et t’apprends à penser différemment en faisant des exercices. Ça c’est le premier co de coco, donc, cognitif… Et le second ? tu t’intéresses juste à ce qui sort de la boîte noire qui est ton cerveau ?! Alors tu t’intéresses juste aux comportements ? Et ils te donnent des devoirs à la maison… Moi ça me conviendrait pas, je suis ni une machine et je suis pas scolaire pour un sou… Ah ça peut convenir à certaines personnes tu dis ?

    Ok, l’approche c’est pas important tu dis ? Ce qui compte c’est de se sentir bien avec son psy, d’avoir le feeling. Ok, des études montrent que c’est ce feeling, l’empathie du psy, la confiance qu’on a en lui qui est vraiment aidante, plus que l’approche ? On appelle ça l’alliance tu dis ?

    Donc si je me sens pas bien avec mon psy, je me tire ?! Ah pas forcément… Je peux en parler… et tu dis que si j’ai l’impression que ça m’aide pas un peu au moins après quelques séances, c’est mieux d’en discuter ? Ok, donc j’ai pas besoin d’attendre 3 ans pour me demander si peut-être quelque chose s’est passé ? et peut-être que c’est mieux de voir quelqu’un d’autre si jamais mais mieux vaut en discuter avec le psy… Ok j’ai capté… Donc au fait on est libre quand on va va voir un psy?

    Pour aller plus loin, article de l’Hebdo intéressant sur la question et spécifique à la réglementation Suisse (Attention le titre de psychothérapeute n’est pas reconnu en France).

    Rappel: en Suisse, la FSP (Fédération Suisse des Psychologues) est un organe fédéral qui reconnait une formation sérieuse en psychologie et en psychothérapie.